right_top.png

Tuesday 19 January 2021
 

4K Corsica - Breathtaking Views From Above

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

test live

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

L'histoire

LE PLUS REGARDÉ

News

vaccinée d'ici l'été ?

 

Mercredi, 18 Novembre 2020 22:40

La moitié de la population européenne pourra avoir été vaccinée d'ici l'été Dans une Europe toujours plus confinée, Ici l'Europe reçoit le député européen Pascal Canfin. Élu au Parlement en 2009, avec la liste Europe Écologie, il quitte son mandat pour devenir Ministre du développement de François Hollande, puis prend la tête de l'ONG de défense de la Nature WWF France en 2015. En 2019, il rejoint la liste macroniste Renaissance pour sa réélection au Parlement européen en 2019, où il prend la Présidence de la Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen, particulièrement dans l'actualité. La pandémie de Covid connaît des rebondissements en Europe avec la circulation des différents variants. Pascal Canfin se dit cependant confiant car "on peut penser qu’à l’été 2021, autour de la moitié de la population européenne pourra avoir été vaccinée" mais il souligne l’importance des mesures de précaution "dans un contexte très difficile". "Premier député européen à avoir eu accès au contrat de CureVac" [la société bio pharmaceutique allemande avec laquelle la Commission européenne a passé contrat d'au moins 225 millions de doses de vaccin à ARN messager, ndrl], il est "tout à fait d’accord avec le principe selon lequel, pendant la négociation, celle-ci n’a pas à être transparente" mais "plaide pour davantage de transparence des contrats" une fois cette négociation terminée. Il regrette de "n’avoir pas eu accès à tous les articles", certains ayant été "malheureusement surlignés de noir" et rappelle que "la transparence est "un élément important du débat démocratique" car "en l’absence de transparence, tout le monde peut faire n’importe quoi et surtout dire n’importe quoi". Il ne croit pas en l’efficacité des "vaccinodromes", mais reconnaît qu’il "n’y a pas de doctrine magique en la matière" et qu’on "va apprendre en marchant". Il convient qu’en France, "le démarrage de la campagne de vaccination a été un peu lent", mais affirme que "le rythme s'accélère et que l’objectif est de vacciner la moitié de la population française d'ici l'été". Il souhaite le succès des campagnes de vaccination en Europe, qui sont dans "l’intérêt de la Santé, de la santé économique et dans l’intérêt nos sociétés", mais "pour qu’elles réussissent et pour que le cadre européen soit consolidé, parce que ce cadre européen est une bonne chose, il faut que les choses soient transparentes et soient sur la table" et il "tient à souligner que la France est à ce stade, avec le Danemark, le seul pays européen à avoir rendu public le rythme d’accès aux doses" pour ses citoyens. Quant à la mise en place d’un passeport vaccinal proposée par la Grèce, il pense que cela "n’a pas de sens" pour le moment mais que "c’est un débat légitime" qui pourra se tenir "lorsque tous les Européens qui le souhaitent auront eu accès au vaccin, probablement à partir du mois de juin." Protection de l’environnement et de la biodiversité Dans un récent tweet, l’activiste écologique Greta Thunberg dénonce l’inefficacité du One Planet Summit qui s’est tenu à Paris, en la présence de représentants de 50 États et d’ONG internationales. Même s'il reconnaît la légitimité de l'activiste qui est "dans son rôle", il souligne cependant que les ONG présentes ont "salué les engagements qui ont été pris" par les États, qui se sont notamment " engagés à aller vers 30 % de leur propre territoire terrestre et marin protégé". Il "s’inscrit dans cette dynamique positive de façon à ce qu’on adresse enfin cette question" de la protection de la biodiversité. Il rappelle par ailleurs que les pandémies que le monde a connues ces 10 dernières années "étaient toutes liées au passage d’un virus du monde animal, domestique ou sauvage, à l’homme. Ce qui veut dire que la question de notre relation à la nature est absolument fondamentale, y compris en termes économiques." C’est pourquoi il souhaite que "le prix Nobel de la Paix soit décerné cette année à l’IPBES", qui lutte pour la protection de la biodiversité. "15 ans après le GIEC ce serait un message très fort". Dans un souci de "cohérence", il rappelle que les "députés européens sont largement opposés au fait de signer un accord commercial avec le Brésil" et voit d’un bon œil l’élection de Joe Biden, qui est "susceptible de changer la donne sur le sujet climatique, mais également sur ce sujet de la protection de la nature".

Emission préparée par Céline Schmitt et Isabelle Romero.

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/ici-l-europe/20210115-pascal-canfin-la-moiti%C3%A9-de-la-population-europ%C3%A9enne-pourra-avoir-%C3%A9t%C3%A9-vaccin%C3%A9e-d-ici-l-%C3%A9t%C3%A9

   

La lutte contre l’épidémie en Île-de-France

 

Vendredi, 26 Juin 2020 09:26

Depuis le lundi 10 août 2020, le port du masque est ainsi obligatoire dans certaines zones très fréquentées à Paris mais aussi en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise... on découvre ces villes et zones franciliennes où le port du masque est désormais obligatoire à l’extérieur.

Coronavirus (Covid-19) :


La lutte contre l’épidémie en Île-de-France

Depuis plusieurs semaines, la cellule de crise de l’ARS Île-de-France est activée

Le rôle de l’ARS

  1. Élaborer un schéma départemental d’offre de dépistage : recenser les capacités de test (laboratoires privés, publics, hospitaliers, etc.), identifier les structures et professionnels de santé qui pourraient mettre en place une offre de prélèvement spécifique au Covid-19 pour augmenter les capacités de prélèvements (ex : laboratoires de biologie médicale, professionnels soignants formés à pratiquer les prélèvements sous la responsabilité d'un laboratoire de biologie médicale, infirmiers diplômés d’Etat, équipes mobiles d’hygiène)
  2. Organiser la bonne coordination générale du dispositif de « contact-tracing » : s’assurer que le dispositif permet un signalement sans délai à l’ARS des cas complexes et « clusters » (niveau 3), anticiper la gestion des situations complexes, déployer des moyens d’investigation sur le terrain et organiser des campagnes de test ciblées si la situation le nécessite (avec l’appui du Préfet et des collectivités territoriales).
  3. Venir en complément des actions des Préfectures pour assurer le suivi de la prise en charge sanitaire des personnes malades et des sujets contacts : organiser un suivi téléphonique actif et régulier des malades et des personnes contacts isolés à domicile, en complément du suivi sanitaire du médecin traitant, organiser l’accompagnement et le suivi requis dans les lieux dédiés aux personnes malades lorsqu’ils sont isolés en dehors de leur domicile.
source:https://www.iledefrance.ars.sante.fr/deconfinement-strategie-de-depistage-et-recherche-de-cas-contacts

Coût du test virologique (RT-PCR)
Le test virologique (RT-PCR) à la COVID-19 est couvert à 100% par l'Assurance Maladie.

La grande majorité des laboratoires dispensent de l’avance de frais, je n’aurai donc rien à débourser. Il peut néanmoins m’être demandé parfois d'avancer les frais de réalisation du test au moment du rendez-vous au centre de dépistage. En cas de doute, je contacte le centre de dépistage ou je prévois une avance. Si je dois avancer les frais, l’ensemble me sera remboursé sur feuille de soin.

 

Lieux de dépistage COVID-19

INFORMATION COVID - Pour faire un test virologique (RT-PCR) de dépistage du COVID-19, il est nécessaire d’avoir une prescription. Soit je dispose d’une ordonnance de prescription de mon médecin, soit j’ai été appelé par l’Assurance Maladie dans le cadre de la recherche des personnes contacts. Dans ce cas, le laboratoire disposera automatiquement de la prescription. Le test sera réalisable uniquement à ces conditions. Dans tous les cas, il est important de prendre rendez-vous, par téléphone ou internet, avant de vous rendre au laboratoire.
vous pouvez vous rendre sur la plateforme https://laboratoires.fabrique.social.gouv.fr/




   

Une hygiène irréprochable

 

Lundi, 06 Avril 2020 09:35

Sur la gravité du coronavirus

« C’est à la fois grave et pas grave. L’essentiel de l’asymptomologie de ce virus donne des formes cliniques qui ne sont pas graves. »

« Il y a des formes graves qui touchent certaines personnes fragiles de plus de 65 ans et les personnes âgées. »

« Si le nombre de cas augmente, le nombre de décès augmentera de manière corrélative. »

« Cette épidémie est insuffisamment contrôlée. Les mesures sont très réellement insuffisantes et inefficaces. »

« On peut envoyer des critiques à l’OMS qui n’a pas édicté des mesures radicales et qui a sous estimé l’épidémie. »

« On est à un stade supérieur aujourd’hui et les mesures sont insuffisantes. »

« On à affaire à un virus extrêmement contagieux mais qui est aussi fragile. Il se transmets par voies respiratoires et oro-fécales c’est-à-dire qu’il est exécré dans les selles. »

 

Sur les solutions contre le coronavirus

« Il était légitime au début de confiner les gens. Il ne me parait plus légitime de confiner et d’isoler les personnes, ça ne sert à rien. Le virus est partout. »

« Il faut prendre des mesures de protection beaucoup plus radicales. »

« Le virus se transmet par voies respiratoires : il suffit de bloquer cette barrière et de porter un masque. »

« Il faut que tout le monde porte un masque tout le temps, partout et en permanence, pendant trois semaines, pour la totalité de la population. »

« Est-ce que la mesure qui consiste a tousser dans le coude est une bonne mesure ? Non parce qu’on a montré qu’en croisant les bras on pouvait se recontaminer à nouveau. »

« On peut réutiliser les masques en les séchant au sèche cheveux. »

« Il faut solliciter l’Etat pour augmenter les capacités de production des masques pour que tout le monde ait un masque le plus rapidement possible. »

« Il faut que tout le monde porte un masque pendant trois semaines. »

« Il faut se laver les mains, utiliser des gels hydro-alcooliques ou de la Javel diluée. »

« La distance interpersonnelle minimum est d’environ 1,50 mètre : c’est une mesure importante à laquelle il faut tenir compte. »

« Il est pour moi inutile de ralentir l’économie et d’interdire les rassemblements. »

« Pourquoi ne pas faire une ou deux inhalations par jour, ça serait logique scientifiquement ? »

 

Sur la fragilité du virus

« C’est un virus qui est fragile. »

« Comme tous les virus exposés à la chaleur, ils sont détruits à des températures différentes. »

« Le coronavirus, selon les études, est tué entre une et dix minutes selon le niveau d’exposition et la durée d’exposition. »

« Le coronavirus est tué à 71 degrés à 90% en une minute. »

« Le H1N1 est tué en une second à 100 degrés quand le coronavirus l’est en même pas une demie seconde - d’où l’intérêt de passer au sèche cheveux les masques et les écharpes. »

 

Sur la contamination et la propagation du virus

« Le nombre de cas en France est bien plus important qu’on ne le croit : probablement entre 140000 et 150000. Il n’y a pas d’inquiétude pour toutes ces personnes qui l’attrapent. »

« La France, avec l’institut Pasteur, peut montrer au monde entier qu’on peut réduire et contrôler une grave épidémie. »

 

Sur la comparaison avec la grippe saisonnière

« La comparaison avec la grippe saisonnière n’est absolument pas comparable. »

« 75% de ceux qui sont en réanimation ne sont pas vaccinés, d’ou l’importance du vaccin. »

« La vitesse de progression du coronavirus est beaucoup plus grande que la grippe. La contagiosité est encore plus grande. Plusieurs experts pensent que ce coronavirus est dix à quinze fois plus mortel que la grippe. »